L'aigle de sang, mythe ou réalité ?

L'aigle de sang, mythe ou réalité ?

1 un aigle sur le dos de sa victime 

 

Le rituel de l’aigle de sang était pratiqué par les vikings, c’était une exécution macabre qui consistait à attacher une victime pour éviter qu’elle s’échappe ou les mouvements brusques, et en enfonçant une lame en partant du bas du dos pour remonter jusqu’en haut de la nuque, écarter les côtes, et enfin retirer les poumons pour les placer sur les épaules du condamné. D'où le nom de Aigle de Sang car la victime prend l’apparence d’un Aigle en Vol. 

Ce sacrifice était fait en l’honneur du dieux païen Odin, et pour punir le manque d’honneur de leur victime. Ces derniers étaient vivants pendant que le prédateur se dessine sur leur dos, et ne devaient pas gémir car sinon les portes du Valhalla leur seront fermées à jamais. 

 

 

L'un des premiers récits de l'utilisation de ce Rapace de Sang remonterait à 867. Tout a commencé quelques années auparavant. Lorsque Aella, roi de Northumbrie, a été victime d'une attaque viking. Aella a tué le chef viking Ragnar Lothbrok en le jetant dans une fosse de serpents vivants. 

Pour se venger, les fils de Lothbrok ont envahi l'Angleterre en 865. Lorsque les Danois ont pris York, l'un des fils de Lothbrok, Ivar le Désossé, était là pour tuer Aella, en lui infligeant cette torture au nom d’Oiseau. 

Les historiens pensent que d’autres personnalités ont été victime du Rapace comme par exemple Halfdan, fils du roi Haraldr de Norvège, le roi Maelgualai de Munster et l'archevêque Aelheah tous exécutés pour Ivar le désossé non moins célèbre que son père pour ses exploits sanguinaires. 

 

 

2 un rapace peut être pas si réel que ça 

 

Les spécialistes modernes débattent de la manière dont les Vikings pratiquaient cette torture rituelle et se demandent même s'ils appliquaient cette méthode macabre. Le processus de l'Aigle aux Ailes Déployés est en effet si cruel et macabre qu'il serait difficile de croire qu'il puisse réellement être exécuté. Qu'il s'agisse ou non d'une œuvre de fiction littéraire, on ne peut nier que ce rituel donne le vertige. 

  

 Les victimes de cette pratique sont mortes dans les années 800 et 900, voire dans les années 1000. Les récits écrits, souvent embellis et racontés pour se divertir pendant les longues nuits d'hiver dans le nord, n'ont pas vu le jour avant les années 1100 et 1200. 

Les auteurs des sagas vikings ont entendu des histoires et les ont écrites. Ils ont peut-être embelli la férocité des Vikings pour les rendre plus héroïques. 

Une autre hypothèse suggère que ces histoires aient été inventé par les saxons eux même en guise de propagande pour que la population fasse tout pour se sauver des Serres du Rapace, ou bien inciter les plus courageux à se battre devant tant de férocité. 

Néanmoins Les poètes qui les ont écrit étaient très précis dans la méthode utilisée. Il est certain que quelqu'un a réellement essayé cette méthode de torture, vu les détails gores qu'il y a de décrit. Un historien danois, Saxo Grammaticus, rapporte que le rituel consistait simplement à graver un Aigle dans le dos de la victime et que d'autres détails ont été ajoutés plus tard et "combinés en séquences inventives conçues pour une horreur maximale".   

 

Le rituel de l’aigle de sang aujourd’hui dans l’imaginaire collectif est surement trop romancé et exagéré mais probablement pas si faux que ça. Dans tous les cas cet Aigle Rouge devait être un terrible supplice pour ses victimes même avec moins de détailles macabres.